Newsletter n°25, Fevrier 2015. Newsletter TIC
Agenda actualités

4 ateliers pédagogiques au mois de juin

  • 2 juin : Art & accounting (podcast disponible bientôt)
  • 9 juin : Les enjeux de la valorisation numérique de la
    recherche
    (podcast disponible bientôt)
  • 16 juin : 25 groupes de classes inversées en Degead
  • 23 juin : Projet POM (petite oeuvre multimédia)
    Plus d'informations sur le site du CIP

2 minutes pour donner votre avis sur MyCourse
Merci d'avance à tous ceux qui voudront bien répondre à notre
court sondage.
Cliquez ici pour y accéder

Des espaces MyCourse pour toutes les promos !

Pour la rentrée 2015, chaque promotion aura un espace Accueil sur MyCourse qui permettra de réunir, selon les besoins, les informations administratives et pédagogiques, les boites de rendus de devoir, les actualités de la formation...

Pour en savoir plus, prenez contact avec le CIP !

témoignages

English coaching for teachers

Listen to Eirlys da Costa Seixas and Elisabeth Thuelin talking about this new English service.

[LIRE LA SUITE]

 
dossiers pedagogiques

Les usages du numérique dans les universités étrangères

Qu'ils soient Dauphinois à l'étranger ou étudiants d'ailleurs en échange à Dauphine, ils nous racontent leurs usages des outils numériques hors de nos frontières.

[LIRE LA SUITE]

Apprendre les langues étrangères sur mobile : c'est possible ?

L'équipe du CIP a testé pour vous plusieurs applications mobile.

[LIRE LA SUITE]

Université Paris-Dauphine
Centre d'ingénierie pédagogique
support.cip@dauphine.fr
http://cip.dauphine.fr/

 

English coaching for teachers

This customized one to one English coaching service is open to professors, lecturers and researchers to update their oral and written English to give classes in English, to prepare a presentation/power point/article/paper/conference...

 

[Afficher/masquer la version française]

 
Dossiers pédagogiques


Les usages du numérique dans les universités étrangères

L'ouverture et le développement à l'international sont une priorité pour Dauphine : partenariat avec Singapour, ouverture du campus à Londres, MBA à l'étranger... Tout est mis en oeuvre pour que Dauphine soit représentée hors de nos frontières. Le CIP s'est penché sur la pédagogie numérique : est-elle la même chez nous qu'ailleurs ? Quelles différences y a-t-il entre l'enseignement à Paris et à l'étranger selon nos étudiants ? Nous en avons rencontré quelques-uns qui nous ont partagé leurs expériences.

L'engouement pour le e-learning en Asie

L'Asie affiche des taux de croissance exponentiels dans le secteur du e-learning. L'Inde (+55%), la Chine (+52%) et la Malaisie (+41%) sont les trois pays à afficher la plus importante croissance à l'échelle mondiale sur ce marché. Suivant cette tendance, la Corée du Sud fait preuve d'un intérêt très prononcé pour le e-learning, comme nous en a témoigné François, en échange à Séoul pendant un an.

Ce qui a marqué François lors de son séjour à l'Université Ajou à Séoul, c'est l'enthousiasme général que suscitent les nouvelles technologies. Face, pourtant, à une plateforme assez peu moderne, enseignants comme étudiants l'utilisent tous quotidiennement. Il s'agit très majoritairement de la mise en ligne des supports de cours.

En effet les Coréens sont la première population connectée en Asie (81,46% d'internautes dans la population, contre 78% au Japon, et 75% à Singapour). A titre de comparaison, la France affiche une part d'internautes d'environ 77%. La Corée du Sud a récemment fait parler d'elle pour ses MOOCs originaux. Par exemple, Cha Kil-Yong, un jeune coréen, est devenu millionnaire en publiant des vidéos de cours de mathématiques. Sa spécificité : s'affubler de toutes sortes de déguisements pour attirer l'attention. Aujourd'hui, ce sont plus de 300 000 élèves qui suivent ses cours. Une idée à mettre en oeuvre à Dauphine ?

Suite à tant de succès, le CIP fournit un déguisement d'animal à tout enseignant créateur de MOOC Source : Washington Post

 

La volonté d'une utilisation systématique de la plateforme pédagogique

A l'université de Kingston où a étudié Marie, la plateforme est la même que celle utilisée par Dauphine : Blackboard (l'éditeur de MyCourse). Marie a remarqué que son utilisation y est beaucoup plus développée. Tous les enseignants y mettent leurs supports de cours et les étudiants doivent les avoir téléchargés avant chaque classe. Les enseignants utilisent aussi beaucoup les annonces pour avertir leurs étudiants de leurs absences, changements de salles etc. L'information, ainsi centralisée sur la plateforme, permet de ne rien laisser passer.
 Tous les cours sont en ligne et nous les téléchargeons avant chaque coursDe même à l'University College of Dublin (Irlande), qui utilise également Blackboard, les cours sont mis en ligne avant chaque classe. Les enseignants postent chaque semaine les lectures à faire ou leurs références.

Et leur avis sur Dauphine ?

Les étudiants en Erasmus à Dauphine nous témoignent que la plateforme utilisée chez eux est en générale très similaire à MyCourse. La différence se situe sur l'utilisation faite par les enseignants : le manque d'homogénéité des pratiques rend compliquée la recherche d'information.

Cet éclatement de l'information est notamment relevé par Manoela, étudiante espagnole. Dans son université d'origine, il y avait très peu de choses en ligne. Elle trouve donc que Dauphine est très bien équipée. Ce qu'elle regrette c'est que, malgré les nombreux outils à disposition, la plupart soient aussi peu ou pas utilisés.

Il serait plus facile d'avoir les notes et les cours sur la meme plateforme

Cette réalité est bien connue par le CIP qui travaille pour la formation et l'information autour des outils numériques de Dauphine. Les derniers chiffres montrent une augmentation de 50% de l'utilisation de la plateforme en 2014-2015 en comparaison avec l'année précédente. Le nombre de cours en ligne ne cesse de croitre jusqu'à dépasser les 1500 actifs cette année, contre 1200 l'année dernière. Signe que l'attrait pour le e-learning se fait également sentir à Dauphine même si beaucoup reste à faire pour en optimiser l'utilisation.

Quelques chiffres...

506 étudiants étrangers ont effectué un échange à Dauphine en 2014-2015, en provenance de 35 pays différents. Plusieurs centaines de cours ont été suivis par ces étudiants, de la première année de licence au Master 2.
595 étudiants dauphinois ont effectué un semestre à l'étranger en 2014-2015, vers 39 destinations.

 

A lire sur le sujet :

Classement des pays par nombre de parts d'internautes

La Corée du Sud, une stratégie e-learning exemplaire

in education, crazy south korea top teachers become multimillionaires

Top stats elearning 2015


Apprendre les langues étrangères sur mobile, c'est possible ?

Les applications sur mobile se multiplient. Mais que doit-on penser de ces applications qui promettent de nous apprendre une langue étrangère directement sur notre portable ?

Le CIP s'est penché sur la question et a testé les applications suivantes.

Babbel

En bref...

Babbel se présente comme l'application leader dans le domaine de l'apprentissage des langues en ligne. 14 langues disponibles, d'un niveau A1 à B2, l'apprentissage est centré autour du vocabulaire. L'application est disponible sur web, mobiles et tablettes. Prix : entre 5€ et 10€/mois selon la durée de l'engagement.

Langues disponibles : anglais, allemand, espagnol, italien, portugais, néerlandais, suédois, polonais, turc, indonésien, norvégien, danois, russe.

Points positifs :

Le vocabulaire est organisé autours de thèmes et permet d'utiliser les mots en contexte. Il existe une fonction de reconnaissance vocale pour travailler sa prononciation.

Points négatifs :

Il n'y a pas d'accents variés et les exercices de grammaires sont très basiques. Pour la compréhension écrite, il n'y a que des dialogues simples et pas de textes longs ou complexes.

Busuu

En bref...

La spécificité de Busuu est sa communauté d'entraide entre utilisateurs : correction d'exercices, systèmes de chat et de vidéos. Sinon, ses fonctionnalités sont assez similaires à Babbel : 12 langues disponibles, niveaux A1 à B2 avec un apprentissage centré autour du vocabulaire. Prix : entre 5,25€ et 13,49€/mois selon la durée de l'engagement.

Langues disponibles : anglais, allemand, français, espagnol, italien, japonais, portugais, russe, turc, arabe, chinois, polonais.

Points positifs :

La fonction de reconnaissance vocale permet de s'enregistrer et de se réécouter. La communauté d'utilisateurs est active et permet de s'entraider.

Points négatifs :

Comme pour Babbel, la grammaire reste basique et les exercices de compréhension écrite sont trop simples.

Duolingo

En bref...

Cette application est gratuite et ne propose, en conséquence, qu'un service simplifié. Quatre langues (anglais, espagnol, italien, allemand) et pour un niveau débutant. L'application est basée sur le crowdsourcing si bien que sa fiabilité peut être contestée.

Points positifs :

Sa gratuité, bien entendu.

Points négatifs :

Aucun exercice en grammaire, compréhension orale ou écrite. Cette application est pauvre et ne permet qu'une initiation rapide en vocabulaire.

Essential grammar in use

En bref...

Cette application est exclusivement destinée à l'apprentissage de l'anglais et se centre sur la grammaire. Développée par l'université de Cambridge, cela garantit la qualité de son contenu. Elle permet des exercices de compréhension et d'expression orale. Prix : 1,79€ (androïd) ou 1,99€ (App Store).

Points positifs :

Cette application permet de travailler la grammaire, point faible des autres applications de langues.

Points négatifs :

Cette application nécessite un accompagnement en parallèle pour travailler le vocabulaire.