Agenda actualités

Remise des diplomes du C2i

Le mardi 4 novembre aura lieu la remise des diplômes
pour la 4e promotion du C2i.
Rendez-vous au foyer des étudiants, à 17h30.

Congrès Educause, USA

Une délégation de l'UNR s'est rendue au congrès annuel
d'Educause aux USA.
Une restitution est prévue le mardi 18 novembre de 10h à
13h dans le grand auditorium de l'INALCO.

Atelier pédagogique en collaboration avec SMU

Le 24 octobre dernier a eu lieu l'atelier Innovation pédagogique en collaboration avec nos partenaires de l'Université de Singapour SMU.

Retrouvez les vidéos et supports des intervenants en ligne sur le site du CIP, rubrique "Ateliers pédagogiques".

témoignages

La transformation du numérique à Dauphine

Henri Isaac nous fait part des projets en cours en matière de pédagogie numérique à Dauphine.

[LIRE LA SUITE]

 
dossiers pedagogiques

Atelier "écriture numérique" à Florence

Dans le cadre de la réforme du Degead, le CIP a co-organisé avec LSO un atelier « écriture numérique », qui eut lieu à Florence en Italie les 15 et 16 septembre derniers.

[LIRE LA SUITE]

La classe inversée, ce n'est pas si compliqué !

Souvent évoquées lors de notre atelier « écriture numérique » à Florence, les classes inversées ne sont pas un phénomène nouveau mais font encore beaucoup parler d'elles. Permettant une amélioration de la qualité d'apprentissage, les "classes inversées" ne sont pas si difficiles à mettre en place.

[LIRE LA SUITE]

Université Paris-Dauphine
Centre d'ingénierie pédagogique
support.cip@dauphine.fr
http://cip.dauphine.fr/

 

La transformation du numérique à Dauphine

Henri Isaac nous explique ce qui va changer en matière de numérique.

 

[Afficher/masquer le résumé de la vidéo]
 
Dossiers pédagogiques

Atelier "écriture numérique" à Florence

Le CIP a co-organisé avec LSO un atelier « écriture numérique », qui eut lieu à Florence en Italie les 15 et 16 septembre derniers. Cet atelier vient en appui de la réforme des deux années de Degead.

La réforme des deux premières années de licence

Le Degead est à présent organisé en 4 semestres successifs qui durent chacun 13 semaines : 6 semaines de cours + 1 semaine de tutorat + 6 semaines de cours. Viennent ensuite 1 semaine de révision et 1 semaine d’examens.
Cette nouvelle organisation est accompagnée de cours de mise à niveau mis en place en semestre 1 pour harmoniser les niveaux des étudiants issus de baccalauréats ES et S.
De plus, la réforme a institué le système de « blocs de savoirs » regroupant plusieurs disciplines : la coordination de chaque bloc est assurée par des professeurs-référents. Ce rapprochement des disciplines permettra une meilleure articulation des savoirs.

LSO en quête d'innovation pédagogique

Au-delà de cette réforme organisationnelle, LSO souhaite diversifier les modalités pédagogiques. Il s'agit de moderniser les enseignements qui sont souvent sous forme de cours magistraux, en impliquant davantage les étudiants avec l’aide d’outils numériques.

Les enseignants proposeront de nouveaux supports de cours, davantage en ligne (en s'appuyant sur la plateforme MyCourse) et de formats divers (par exemple, des vidéos de cours et QCM en ligne). Favorisant le travail individuel, ces nouvelles méthodes offrent, en plus, la « sécurisation » des connaissances, c'est à dire un accès aux fondamentaux de cours, pour tous et en continu.

Concrètement, l’objectif est que, dans les trois années à venir, trois cours par année de Licence puissent être proposés dans ce format rénové en s’appuyant fortement sur le modèle des « SPOC » : Small Private Online Courses (voir newsletter 23).

Pour en savoir plus, contactez Oriane Reynaud en LSO.

L’atelier d’écriture numérique pour amorcer le changement

Le CIP en collaboration avec le département LSO et le SCD a donc organisé un atelier de deux jours avec une dizaine d'enseignants volontaires.

Lors de cet atelier, les enseignants ont pu découvrir des expériences réussies de numérisation des enseignements : un MOOC de l'Université de Lorraine et une classe inversée faite par Centrale Paris.
D'autres formats ont également été présentés tels que l’enseignement de type « hybride » mélangeant cours en présentiel et travail à distance via le numérique.

L'étude de ces différents modèles a permi aux enseignants de réfléchir sur leurs propres cours et ainsi d'imaginer ce qu'ils pourraient faire pour faire évoluer leurs méthodes d'enseignement.

Cela a été l’occasion d’un travail approfondi de conception pédagogique, afin de :

  • Définir les objectifs pédagogiques de chaque séance : pré-requis et acquis de la séance.
  • Construire ainsi la progression pédagogique du cours, de séance en séance.
  • Scénariser le cours :
    • choisir le type de dispositif général (quelle proportion de cours en ligne et de cours présentiel),
    • puis préciser les activités de chaque séance, selon les objectifs pédagogiques à atteindre,
    • pour chaque activité souhaitée, voir l’outil à utiliser : vidéo, outils collaboratifs, tutorat, …

L'ensemble des outils à disposition des enseignants sur la plate-forme MyCourse a été étudié, que ce soient les vidéos, les examens en ligne, les forums de discussion, les sondages...

Et à présent, quels sont les projets en cours ?

Nous avons organisé des rendez-vous de travail dès notre retour à Dauphine pour finir la réflexion entamée en Italie.
A ce jour, tous les enseignants de l’atelier ont un ou plusieurs cours en ligne sur MyCourse. En complément de leurs supports de cours, ils y ajoutent des QCM de remise à niveau ou révision, des articles à lire suivis de sondages, des wiki collaboratifs, des vidéos etc., afin d’inciter les étudiants à la réflexion et au travail personnel.


Ce projet vous intéresse ? Vous avez des questions ? Contactez Marie Valentin au CIP.

La classe inversée, ce n'est pas si compliqué

Lors de notre atelier « Ecriture numérique », à Florence (cf. article ci-dessus), nous avons souvent évoqué les classes inversées.
Ce format d’enseignement existe depuis longtemps. Cependant, il a été modernisé récemment grâce aux MOOCs et aux évolutions technologiques (Internet haut débit, réalisation facile de vidéos avec un appareil photo ou un smartphone).

Inverser le schéma classique « apprentissage en cours, puis application à la maison » … pour obtenir l'apprentissage à la maison, et le travail en cours !

Dans un cours magistral classique, les étudiants apprennent des notions de bases expliquées par l’enseignant. Ils vont ensuite mettre ces notions en pratique à la maison, en faisant des exercices. S’ils rencontrent des problèmes à ce moment-là, ils peuvent parfois se sentir « bloqués », et se décourager.

Dans une « classe inversée », l’enseignant envoie à ses étudiants, avant le cours, l’explication des notions de base que chacun peut étudier à son rythme. La classe inversée n’imposant pas un format particulier, le média employé pour le support de cours pourra varier (documents papier ou électroniques, vidéos, liens vers des sites web…).
Ensuite, la séance de cours est utilisée pour approfondir certaines notions, poser des questions à l’enseignant, organiser un débat, mettre en pratique le cours en réalisant des exercices ou études de cas. Tout ceci peut se faire en petits groupes pour stimuler les interactions. L’enseignant est présent pour aider les étudiants en difficulté.

Quelles contraintes ?

  • Les étudiants doivent apprendre à gérer leur temps et s’auto-discipliner, pour réaliser le travail attendu avant le cours.
  • Du côte de l'enseignant, si le support de cours choisi est une vidéo, il faut anticiper le temps nécessaire à sa réalisation, en amont du cours.

Quels avantages ?

  • Une meilleure qualité d’apprentissage :
    les étudiants viennent en cours en connaissant déjà les notions de base, ce qui permet à l’enseignant d’approfondir avec eux les points qui leur semblent obscurs. L’interactivité favorise la réflexion et permet d’aller plus loin.
  • Plus d'implication des étudiants :
    • leur attitude en cours sera moins « passive » grâce à l’échange avec l’enseignant et/ou entre eux.
    • leur attention sera ainsi centrée sur leurs travaux, leurs difficultés et celles des autres (et moins focalisée sur le discours ou la posture de l’enseignant).
    • C’est pourquoi les classes inversées sont un excellent lieu pour essayer des méthodes d’apprentissage actif, ou de pédagogie par projet.

  • Si l’enseignant peut consulter, avant le cours, les résultats du travail demandé aux étudiants (QCM en ligne devoir à rendre),  il pourra adapter son discours aux résultats observés : il y a  peut-être des confusions ou des lacunes à combler.

  • L’opportunité de réorganiser son temps de travail :
    Certains enseignants remplacent ainsi une partie des heures de cours par de l’apprentissage à distance. Ces heures « gagnées » par l’enseignant peuvent être utilisées soit pour dédoubler ses cours en de plus petits groupes, soit pour animer des activités en ligne (organisation d’un forum ou d’un wiki par exemple).

Pour aller plus loin :

Voici des vidéos (en anglais) réalisées par une enseignante : elle y répond à toutes les questions qu’on peut se poser sur l’organisation d’une classe inversée :
https://www.youtube.com/playlist?list=PLB632EC24182B4D40

Voici une vidéo, en anglais, où Andrew NG (professeur renommé à Stanford University) présente le concept de classe inversée :
https://d396qusza40orc.cloudfront.net/mooc%2Frecoded_videos%2FLecture1.51cdf38ea28b5.mp4  
M. Ng est aussi l’un des co-fondateurs de Coursera, la fameuse plate-forme de Moocs américaine.

Voici le site d'un enseignant au sujet des classes inversées : http://www.classeinversee.com/presentation/
L'enseignant y présente son expérience en école primaire, mais les principes sont ré-utilisables pour l’enseignement supérieur.